Fatigue chronique : symptômes et traitement

La fatigue chronique, terme désignant le Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) ou l’Encéphalomyélite Myalgique (EM) est une condition pouvant porter très grand préjudice à la vie quotidienne du patient touché en affectant leur vie professionnelle et personnelle.

 

Qu’est-ce que le syndrome de fatigue chronique ?

L’Encéphalomyélite Myalgique appelé couramment le Syndrome de Fatigue Chronique est une condition qui touche un peu moins d’une personne sur 200 et est reconnue comme maladie neurologique grave (et non psychologique) par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis 1992.

Les causes

La fatigue chronique peut durer jusqu’à 5 années en moyenne. Le temps jouant en la faveur du patient puisque les symptômes ont tendance à s’atténuer au cours des mois. Cependant pour certaines personnes, c’est une condition qui au contraire fluctuera entre symptômes diminués certains mois et symptômes aggravés d’autres mois.

A ce jour il n’y a pas de cause reconnue. Il y a cependant 4 grandes écoles de pensées en ce qui concerne la cause principale du syndrome :

  • Un facteur immunitaire – un état inflammatoire prononcé qui serait à l’origine des symptômes à la moindre perturbation (ex : maladie, stress, etc). Pour plus d’informations consultez l’article de Lorenzo Lorusso ici
  • Un facteur musculaire – le stress oxydatif qui dégraderait de manière importante des cellules musculaires et cérébrales. Pour plus d’information consultez le papier de présentation de conférence du Professeur Jammes ici 
  • Un facteur hormonal – une quantité inférieure de cortisol et d’hormone de croissance qui causerait (ou serait le résultat) du Syndrome de Fatigue Chronique
  • Un facteur toxicologique – Une exposition à certains pesticides ou insecticides qui pourrait entrainer certains cas de fatigue chronique

 

Les symptômes

Il y a de multiples manifestations de cette condition :

  • Un état épuisement intense, voire invalidant après un effort physique ou mental (incluant une endurance amoindrie ou une période de récupération prolongée)
  • Des troubles de la concentration, de rétention et traitement d’information (incluant même de petites pertes de mémoire à très court terme)
  • Des douleurs physiques chroniques que cela soit à des endroits précis, tel le mal de crâne, une douleur oculaire ou alors des douleurs généralisées sur l’ensemble du corps ou encore des douleurs seulement musculaires
  • Des troubles du sommeil pouvant se traduire par des nuits non-réparatrices, sommeil prolongé ou encore des insomnies
  • Des troubles moteurs et musculaires incluant pertes d’équilibre ou de précision dans la coordination, des faiblesses ou des tremblements musculaires
  • Troubles sensoriels, tel que des intolérances à certains bruits, odeurs, lumières ou encore des troubles de la vision
  • Des prédispositions pour les infections virales et/ou les troubles gastro-intestinaux
  • Des troubles respiratoires
  • Des troubles du rythme cardiaque
  • Une température corporelle déréglée
  • Faire de l’hypotension

 

Comment apaiser les maux liés au Syndrome de Fatigue Chronique

Si vous avez des doutes sur votre état de santé consultez votre médecin généraliste qui sera en position de prescrire un examen clinique vous permettant d’être diagnostiqué.

Amoindrir et prévenir les crises de fatigue

  • Tacler chaque apparition de virus ou d’infection. Il faut que vous restiez vigilant et que vous consultiez votre médecin dès l’apparition d’une maladie afin qu’elle soit traitée au plus tôt sans avoir eu trop de temps pour vous affaiblir davantage
  • Adopter une alimentation équilibrée. Cela inclus : penser à s’hydrater toute la journée et à manger à des horaires réguliers. Si nécessaire compléter avec des complémentaires alimentaire tel que les sels minéraux (magnésium, le fer, le zinc) ou encore faire quelques cures de vitamine (C, B, E).
  • L’usage de certains médicaments. Sur prescription de votre médecin généraliste et selon votre situation vous pourrez être amené à utiliser des anxiolytiques, de l’homéopathie et parfois même des stimulants afin de vous aider à vous réguler.
  • Se reposer et dormir mieux. Assurez-vous d’avoir une activité physique modérée et de vous accordez des moments de repos au long de la journée. Pour cela il va falloir un minimum anticiper ses journées afin de pouvoir ménager vos efforts et créer des moments de pauses. Pour favoriser l’endormissement, il va faire preuve de stratégie également afin d’établir une routine qui fonctionne pour vous et s’y tenir. Des points clés sont : des diners légers, la réduction de l’intensité de l’éclairage une heure avant l’heure du coucher voire même l’évitements d’écrans (TV, téléphones, etc) et enfin se coucher à des heures fixes.

Soulager les symptômes physiques

  • La prise d’antalgiques, des médicaments utilisés dans le traitement de la douleur, peuvent considérablement aider. Parmi eux on compte l’ibuprofène, le paracétamol, des anti-inflammatoires, la codéine, le tramadol et des opioïdes plus fort tel que la morphine ou le fentanyl, etc.
  • Des séances avec un professionnel de la santé tel qu’un kinésithérapeute ou ostéopathe. En effet une rééducation musculaire (et non pas du sport), atténue les douleurs et l’épuisement.
  • Des séances à la maison de yoga et de méditation vont vous aider à vous relaxer et à mieux vous reposer. Si vous sentez que vous avez besoin de guidance, consultez un sophrologue ou joignez un cours de yoga en personne ou en ligne. Vous pouvez également faire des séances d’acupression. Cela a un effet analgésique (qui diminue la douleur) sur vos muscles et nerfs qui va permettre à votre corps d’entrer dans un état de relaxation profond qui sera également bénéfique pour la qualité de vos nuits de sommeil. Pour plus d’information sur l’acupression consultez le lien. Ici aussi, de manière alternative, si vous préférez commencer avec un spécialiste, consultez un professionnel de massage et d’acupuncture.  

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés