Origines du tapis d’acupression

Le tapis d’acupression connait une popularité certaine et des millions de personnes y ont recours de façon régulière dans leur quotidien. Ces tapis dit à fleurs ont un succès plus prononcé auprès de la communauté yogique. Du fait de cette affiliation, on serait mené à imaginer un guru indien ou encore un moine tibétain à l’origine du fameux tapis fleurs. Pourtant, d’après la légende populaire, l’inventeur du tapis d’acupression tel qu’on le connait (ou presque) est Ivan KUZNETSOV, un professeur en ex-URSS.

 

L’inventeur du tapis

L’histoire commence avec Mr Kuznetsov ayant une exposition à des produits chimiques et toxiques alors qu’il ne portait pas de protection appropriée. Ces produits vont rapidement endommager sa circulation sanguine et vont se traduire en de nombreuses douleurs chroniques et des spasmes musculaires.

Afin de soulager ses douleurs, devenant par moment intolérable, il enchaine les consultations et essais médicaux afin de trouver un remède efficace. Après peu de succès, il découvre l’acupuncture.

Ivan ressent des effets positifs immédiats. Cependant, il est important de rappeler que nous sommes alors en URSS, dans les années 70. Une telle médecine est alors très peu répandue et les consultations sont onéreuse.

Le professeur décide d’apprendre et de pratiquer sur lui-même l’acupuncture. Cependant et cela est facilement imaginable, il lui est très difficile d’atteindre les bons méridiens, surtout en ce qui concerne la zone du dos.

 

L’ancêtre du tapis d’acupression

C’est alors qu’il eu l’ingénuité de planter une grande densité aiguilles dans un tapis afin de ne pas se blesser en s’allongeant dessus (car le poids de son corps est réparti de façon uniforme). Cette méthode lui permet de pouvoir détendre les zones du corps visées tout en atteignant des méridiens jusqu’alors inatteignable. C’est ainsi que naît l’ancêtre du tapis d’acupression !

Dès 1979, convaincu de l’impact de son invention, il dépose un brevet sur son invention. Le tapis de fleurs gagnera rapidement l’attention des médias et bénéficiera d’une exposition grand public dès aussitôt.

Quelques années plus tard, en 1981, des médecins et scientifiques se seraient penchés sur cette invention promettant des miracles et des études cliniques seront menées par différents instituts de recherche. Plusieurs de ces examens auraient approuvés de son usage et auraient attesté de ses propriétés analgésiques. Le succès national est alors au rendez-vous et ce jusqu’au démantèlement de l’URSS.

 

L’invention ne sera ‘’découverte’’ par l’occident qu'une dizaine d’années plus tard, à la suite de la chute de l’URSS.